Chapitre 4

Alors que j'offrais mon cou à Jiro pour qu'il puisse me mordre et rester en vie, il me repoussa en me demandant d'aller chercher quelqu'un. Mais je ne pouvais pas le laisser là, je ne pouvais pas le laisser seul. C'est pourquoi je ne fis aucun geste pour obéir. En même temps, j'avais mal qu'il m'ait encore repoussé. Moi qui voulait seulement l'aider. J'avais l'impression d'être une poupée, juste bonne à servir de décor. Et cela ne me plaisait pas du tout. Alors que j'allais me rapprocher encore pour qu'il se décide à me mordre, quelqu'un me repoussa encore. C'était Heiyner un des membres du club. Il prie Jiro dans ses bras et attrapa le mien pour nous ramener au club. Les autres vampires prirent vite Jiro en charge et lui donnèrent du sang humain. J'observais la scène avec douleur. Pourquoi du sang en conserve et pas le mien ? C'était si injuste. Si j'avais mauvais goût il suffisait de me le dire, que j'arrête d'espérer. Je finis par sortir, voulant être seul. Mais Heiyner m'attrapa avant que je franchisse la porte.

- Ne fait pas cette tête, un jour tu comprendras.

Je ne pris même pas la peine de lui répondre. Je me dégage de sa prise et je sortis. Comprendre ? Comment comprendre si on ne vous explique pas ? Et cette douleur. Cette impression de ne servir à rien. D'être inutile. Que peuvent-ils y comprendre eux ? Eux qui ont oublié les sentiments depuis si longtemps ? Sans vraiment savoir comment, je me suis retrouvé sur le toit. Mes pas m'y avaient mené alors que mon esprit était ailleurs. Je m'approche du bord et regarde l'horizon. J'aurais tellement voulu pouvoir aider Jiro moi aussi. Mais encore une fois, je n'ai rien pu faire. Je ne servais à rien ici. Je ne pouvais rien faire. Je sentie des larmes couler sur mes joues. Pleurer ? Etait ce là tout ce que je savais faire ? Je finis par m'asseoir dans un coin, observant le ciel. Je ne sais pas combien de temps exactement je restais dans cette position, mais Jiro finit par passer la porte à son tour. Il semblait aller mieux. Pas moi. Je ressentais toujours cette déception, cette frustration et cette colère de n'avoir rien pu faire. Et en même temps, je lui en voulais. Encore une fois, il m'avait rejeté. Alors, pourquoi était il là ? Voulait-il encore une fois me faire mal ?

- Kentaro.... Je t'aime plus que tout, mais te mordre maintenant sera-t'ôter la vie trop tôt. J'ai tellement peur de te perdre que tu meurs entre mes mains, j'ai déjà tué une fois je ne veux pas que cela recommence.

Apparemment oui. Mais en même temps, un soulagement se fit en moi. Oui, je commençais à comprendre. Mais d'un autre côté, étais je le seul à lui faire confiance ? N'avait-il pas confiance en moi ? Cela faisait mal, rien que d'y penser. J'étais prêt à lui donner mon sang et j'avais confiance en lui. Je savais qu'il ne me tuerait pas. Mais Jiro... n'avait aucune confiance en lui-même. Oui, ce n'était pas en moi qu'il n'avait pas confiance. C'était de lui qu'il doutait. Je comprenais enfin où était le problème. Je ne fis rien quand il me prie dans ses bras. Je ne lui répondis pas non plus. Je restais juste comme-ça. Je n'avais pas envie de parler. Pas ma faute, je lui en voulais encore et je voulais lui faire comprendre. Mais je ne voulais pas le blesser par des paroles. Je n'étais pas aussi méchant. Finalement, après un moment où je sentais son hésitation dans son étreinte, je finis par me laisser aller contre lui, lui montrant que je lui pardonnais enfin. Du moins, un petit peu. Je voulais aussi, qu'il comprenait que je n'accepterais pas toujours ce genre de rejet. Que cela devrait changer. Je ne voulais plus être cette poupée qui ne sert à rien. Je voulais moi aussi me rendre utile

********************************************

Je savais qu'il souffrait, je le ressentais, il ne disait rien à mes paroles et cela faisait encore plus mal. Mon cou me faisait encore mal la plaie c'était refermer, mais elle était toujours là et s'effacerait les jours avenir. Je le relâche de mon étain et me pose à cité de lui laissant le vent jouer avec mes cheveux. Pour une fois que j'avais une journée pour mon petit Ken tout était raté.

- Alors, les deux tourtereaux ça va un peu mieux ?
- Heiyner tu nous surveilles.
- Il le faut bien cela évitera que vous vous fassiez attaquer une seconde fois.
- Merci...
- Oh, mais y pas quoi.


Je reste près de Kentaro, je viens lui caresser les cheveux doucement. Puis, je repars à l'intérieur du club. La nuit commençait déjà à tomber. Il fallait que je m'occupe et ne pas penser au sang de Kentaro qui hantaient mon esprit. Heiyner était resté auprès de lui et j'avais confiance je savais, qu'il ne lui fera rien. Je le connaissais depuis un bon moment et il a toujours été de confiance, mais un vampire reste un vampire quand-même.

- As-tu finis par comprendre ? Jiro t'aime plus que tout met toit cela dans le crane. Pour lui ce que tu lui demandes et difficile.

Il se rapprochait de lui et vient effleurer son cou du bout de ses doigts et ce lèche les lèvres.

-Je me demande comme Jiro peu ce retenir à ne pas te mordre, ton sang et si envoûtant, il sent le fruit. Il doit être délicieux.


Viens près de son cou et hume cette odeur.

********************************************

J'avais apprécié le petit moment passé avec Jiro, même si je n'en avais rien laissé paraître. Rien que de rester un peu avec lui, en silence, à regarder le ciel, ça me faisait du bien. Mais malheureusement il dut repartir pour travailler et il me laissa avec Heiyner. Je le connaissais depuis mon arrivée ici. Il avait toujours été gentil avec moi, comme protecteur. Mais je me doutais que s'était parce que Jiro lui avait demandé. Il avait confiance en lui alors je ne m'inquiétais pas. Il s'approcha de moi et me demanda si j'avais compris enfin. Oui, j'avais compris. Cela ne m'empêchait pas d'être vexé et un peu en colère. C'est dans la nature humaine et même si je vivais avec tous ces vampires, je restais humain.

Je sentie Heiyner se rapprocher encore, mais je ne fis aucun geste pour reculer. Pourtant, j'avais un mauvais pré-sentiment. Comme si quelque chose avait changé. J'étais nettement moins rassuré qu'avant. Mais je ne fis toujours rien. Je ne voulais pas lui montrer que j'avais peur. Mais il se pencha sur moi et renifla mon odeur. Je tressaillis légèrement, surpris et inquiet. Pourquoi faisait il ça ? Comme si j'étais devenu sa proie. D'ailleurs, je commençais vraiment à le craindre.

Je sursaute encore. Je n'aimais, mais alors pas du tout, la façon dont il avait prononcé cette phrase. Et je commençais vraiment à craindre la suite des évènements. Il se pencha sur mon cou et me renifla encore. Et là, sans pouvoir me contrôler, je me retourne brusquement et lui mets une gifle retentissante. Il n'avait pas le droit d'être si proche. J'avais offert mon cou à Jiro, qui l'avait refusé oui je sais. Mais mon cou ne lui appartenait pas. Il appartenait à Jiro, pas à Heiyner. Alors, il n'avait pas le droit. D'ailleurs je le regardais avec colère.

- Ne me touche pas.

********************************************

Il se mit à rire à ses paroles. Ne pas le toucher qui a dit qu'il allait le toucher, il voulait simplement s'amuser un petit et lui faire comprendre ce que c'était un vampire assoiffé. Ce dernier l'avait gifle, mais il n'avait rien senti comme si une caresse lui avait effleuré la joue. Heiyner se lécha les lèvres est sortie les crocs et lui fit peur en se rapprochant rapidement de son visage et en grognant puis il se mit à rire.

-Ne tant fait pas je ne te toucherai pas, je sais très bien, que tu appartiens à Jiro. Mais, évite de le faire souffrir.

Puis il se remit là où il se trouvait le laissant tranquille. Pendant ce temps je me trouvais au bar à m'occuper des Humains qui se trouvaient la cela me changeait un peu les idées même si je ressentais la peur de Kentaro je me demandais ce-que lui faisais Heiyner. Je le connaissais il avait toujours été ainsi. Mina était revenu et il me sourit. Il vit mon cou et vient y pose ses doigts. Je grimasse doucement et lui retire.

- Que t'est-il arriver Jiro qui t'à fait cela ?
- Ce n'est rien Mina ça va partir.
- C'est ce garçon ce Ken c'est ça ?
- Ne dis pas de bêtise, Ken n'a rien fait.


Il me regardant entre colère et tristesse pourquoi s'attachait-il à moi alors que je ne l'avais pas mordu, je ne comprenais pas. Le je fais s'asseoir au bar et lui sert son cocktail préféré.

********************************************

Je savais parfaitement que niveau force physique, je n'avais aucune chance contre un vampire. C'est pourquoi je n'en fus pas surpris quand je vis que la gifle que je lui avais donné ne l'avais même pas fait reculer d'un centimètre. Au contraire, il se rapprocha de moi de plus belle et si vite que j'en lâchais un petit cri de terreur. Surtout que ses crocs étaient de sortie. Rien pour me rassurer quoi. Mais il affirma qu'il ne me ferait rien. Qu'il savait à qui j'appartenais. Puis il recula et reprit sa place à distance. Je me remis doucement. Pourquoi il avait fait ça ? Je me mits à trembler doucement. Je savais que Jiro sentait mes émotions, mais je savais aussi qu'il ne viendrait pas. Il m'avait laissé avec Heiyner alors pour lui j'étais en sécurité. Moi j'en étais pas si sûr finalement. Mais je n'en fis rien.

Je reste encore un moment sur le toit avant que mon estomac me rappelle que je n'avais rien avalé, depuis l'agression. En gros, j'étais mort de faim. Je me lève donc et descend au club. Je me dirige vers le bar pour demander quelque chose à manger et à boire. Ce qui était bien ici c'est que, pour un bar, on pouvait quand même avoir de quoi se caler l'estomac. Alors que j'attendais, je vis Jiro avec cet homme. Je me sentie encore une fois jaloux, mais je ne fis rien. Je m'étais suffisamment fait remarquer pour la journée. Une fois mon repas servi, je prie le plateau et monta directement dans ma chambre. J'avais envie d'être seul. Ce que j'ignorais, c'est que cet homme m'avait vu lui aussi.

Je remonte donc dans ma chambre et mange tranquillement avant de sortir mes affaires d'écoles. J'avais des devoirs à faire et des leçons à revoir pour bien les retenir. Je me mis donc au travail pour ainsi ne plus penser aux évènements de ce matin, au nouveau rejet que je venais de subir de la part de Jiro et de la mini agression de Heiyner. Je me plongeais donc à fond dans mes cours, faisant abstraction de ce qui m'entourait. Au point que je n'en entendais même plus les bruits et les musiques du club juste en dessous.

********************************************

L'homme l'avait vu et lui avait lancé un sale regard. Cela ne m'avait pas plus du tout et je regarde Mina lui expliquant que Kentaro y était pour rien et que je n'étais pas attiré par lui (Mina) Je n'étais pas mon voir une seule fois Kentaro je voulais le laisser tranquille. Je savais qu'il m'en voulait de l'avoir rejeté, mais c'était ainsi.

L'homme finit par repartir tard dans la soirée et je l'avais vu manger dans l'après-midi. Je lui fais de quoi manger et monte à sa chambre pour lui apporter le plateau repas. J'entre dans la chambre et le vis sur son lit en train de faire ses devoirs.

-Kentaro je t'apporte le dîné.

Je viens lui poser sur la table près de la fenêtre et regarde dehors.

-Ca va tu y arrives ? Besoin d'aide ?

Je viens près de lui et m'assois à ses côtés. J'allais un peu mieux l'odeur de sang était moins forte, je pouvais support d'être à ses côtés. Je viens lui caresser les cheveux tendrement. J'aimais sa chevelure elle était douce au toucher. Tout était doux cher lui ce qu'il ne savait pas, c'est aussi je le regardais dormir la nuit que parfois je le caressais tendrement sans le réveiller. Sa peau était douce aussi, mais je n'allais pas plus loin. La nuit était là avec toutes ses lumières qui éclairaient la ville.

- Kentaro tu m'en veux encore ?

J'avais tellement peur qu'il me dit oui, car je m'en doutais que ce soit le cas. Je me redresse et revient et va dans la salle de bain me déshabille et prendre une douche froide. L'eau coulait sur mon corps me soulageant le cou. Je restais quelque minute sous l'eau.

********************************************

Concentré sur mes devoirs comme je l'étais, je ne vis pas le temps passer. En même temps, je préférais. Le temps passait ainsi plus vite et c'était du temps où je ne ruminais pas ma peine et ma déception. Mais je ne finis pas sortir de mon cocon de tranquillité quand Jiro entra dans la chambre avec un plateau repas. Apparemment, le soir était tombé plus vite que prévu. En attendant, cela m'avait permis de m'apaiser un peu. Cependant, je ne répondis rien à Jiro quand il m'annonça qu'il m'avait apporté le repas. Comme tout enfant, j'avais mon côté rancunier. Et apparemment il ne voulait pas encore lâcher le morceau.

Je ne fis cependant rien quand il approcha pour me demander si j'avais besoin d'aide. Je ne répondis pas pour autant, mais je ne l'empêcha pas de s'asseoir à mes côtés et de caresser mes cheveux. J'aimais sentir sa main sur ma tête. Cela avait un côté apaisant. Par moment je pouvais devenir un vrai chat friand de caresses et de câlins. Mais ici je ne cherchais pas à les prolonger ni à les chercher. Je restais concentré sur mon devoir. Désolé Jiro, mais je t'en voulais encore.

Finalement, il se leva et alla dans la salle de bain. De nouveau seul, je soupire. Pourquoi j'agissais ainsi alors que moi aussi j'en avais mal ? Je ne savais pas. Je finis par me lever et manger le souper qu'il m'avait apporté. C'était vraiment très bon. Soudain, je m'en voulais d'être ainsi. Et je me mits à pleurer. Je ne voulais qu'une chose, me blottir dans ses bras et lui dire que j'étais désolé d'être un sale gosse. Mais je n'osais pas le déranger sous sa douche. Alors, je restais simplement là, pleurant doucement.

********************************************

Je prenais mon temps dans la douche soupirant. La douche était bien fraîche comme je les aime. Je ressentie qu'il allait mieux et je souris doucement. Je finis par sortir de la douche en serviette de bain et sort de la pièce. Je le vis il était entrain demander le repas que je lui avais apporté. Je souris doucement et me rapproche de lui. J'étais content, que le dîné lui est plus. Je ne suis plus humain, mais je savais toujours autant préparé de bonne chose.

-Je suis content que le repars tes plus. Je viens me poser devant lui et lui souris doucement.

Je le regarde tendrement et je le voyais, qu'il avait envie d'être dans mes bras moi aussi je voulais l'avoir contre moi. Je finis par me redresse et viens le prendre dans mes bras tendrement. Je voulais entendre son coeur battre contre moi sentir son odeur même si je savais qu'à tout moment je pouvais défaillir. Je l'aimais plus que tout depuis qu'il vit avec moi je m'étais attaché à ce petit. Il m'appartenait et tout savait que personne ne pouvait le toucher.

Je faisais tout me le protéger depuis que je l'avais récupéré mis là celui-là, je ne l'avais pas sentie venir. Et je m'en voulais tellement. Je viens le prendre et je le posais sur le lit et me pose au-dessus de lui. Je le regarde tendrement dans les yeux et viens l'embrasser.

********************************************

Je venais de finir mon repas quand il sortie de la douche. C'est vrai que même s'il était plus humain, ses repas étaient toujours excellents. Je n'avais jamais manqué de rien. D'ailleurs, il semblait heureux que cela me plaise. Je le regarde finalement. Je voulais me jeter dans ses bras. Mais en même temps je n'osais pas. Je craignais qu'il me rejette encore. Mais il finit par venir de lui-même me prendre dans ses bras. Je souris et me blottis contre lui, souriant. C'était si agréable d'être comme ça. Je me sentais rassuré, protégé et heureux. Je me sentie soudain soulevé et il me posa sur le lit, se mettant au-dessus de moi. Je me sentie rougir et encore plus quand il se pencha sur moi. Mais au moment où il allait m'embrasser je le repousse.

- Non!!

D'un coup, tout m'a frustration et ma déception était revenue au galop et j'étais de nouveau en colère contre lui. Oui j'avais ressenti l'envie de me blottir contre lui. Oui j'avais ressenti le besoin de m'excuser. Mais tout cela s'était envolé d'un coup en repensant à cela. Je l'avais donc arrêté et je le regardais avec colère. Je me souvins vaguement qu'on m'avait dit un jour de ne jamais défier un vampire, mais j'oubliais vite ce petit souvenir, écrasé par ma colère.

- Tu crois qu'un câlin et un baiser suffiront pour te racheter ? Et ben non. Tu es méchant. Je ne suis pas une poupée qu'on prend pour combler le vide et qu'on jette quand on en a plus besoin. Tu es un égoïste et un sans coeur qui passe son temps à jouer avec moi.

Je continuais à lui lancer des piques verbales tout en donnant des coups de poings sur son torse. Biensûr je n'étais pas de taille physiquement contre lui. Mais j'étais si en colère. Je ne voulais pas me soumettre comme ça. J'avais encore mal de ce qu'il m'avait fait. J'ignorais seulement qu'il risquait de très mal prendre cet acte de révolte. Les vampires n'étaient pas connus pour apprécier qu'on leur résistait comme je le faisais en ce moment même. Mais je ne réfléchissais plus. J'avais juste besoin d'évacuer cette colère et cette frustration en moi. C'était tout ce que je voyais pour l'instant.

********************************************

Il me repoussait ne voulant pas de mon baiser après-tout je pouvais comprendre. Mais, je ressentais sa frustration et sa déception. Sa colère était encore là, je pensais qu'il était calmé et non pas du tout. Son regard me provoquait et ne n'aimait pas cela du tout. Je me recule le regardant et il me sortie ce qu'il avait au fond du coeur, mais cela ne ma pas plus du tout.

-Méchant... Moi je suis méchant c'est comme cela que tu me vois, je suis sans cœur alors la Kentaro tu vas trop loin. Je t'ai jamais pris pour une poupée je t'ai sauvé de cet accident je t'ai aidé et tu me traites ainsi tout cela parce que je t'ai pas mordu tu... Tu te recomptes de ce que tu dis là.

Je recule pour le calmer, car là il m'avait vraiment mise en colère. Il continuait à me lancer des piques, qui me fit de plus en plus mal je finis par lui attraper les poignets qui tapaient sur mon torse. Mes yeux changeaient de couleur et me crocs sortie. Je grognais de colère.

- C'est ça que tu veux que je te morde, tu veux mourir, tu veux perdre la vie par mes crocs à 15 ans ?

Il était bien sorti et mes yeux avaient finie de prendre sa couleur naturelle. Je me lèche les lèvres voyant ça jugulaire battre à toute vitesse. Il pouvait avoir peur j'en avais conscient, mais la le vampire était passé sur le dessus et m'avait provoqué. Mon visage se rapproche de son cou et viens lécher cette veine battant à toute vitesse.